NUIT


J'appréhende la venu du matin
Agissant comme un esprit malin
Invité dont je ne désire pas la venue
Me séparant de la nuit, mon ingénue.
En arrivant, la nuit me rend serein
Lit dans lequel je m'enveloppe et je me sens bien
Accouplés ensemble, la nuit est exigeante
Nul doute que c'est la plus belle des ententes.
Un monde mystérieux m'enlace
Inoubliable de démons et d'anges
Tiraillé que je suis entre joie et folie.
Comme l'aube se lève, je maudis ce moment
Où il faut que j'abandonne ma sérénité et le calme,
M'accommoder de ce jour envahissant.
Mais mon recueillement viendra le soir venu
Et j'accepterai d'être consentant à cette femme nue
Une de ces nuits, je serai le plus fervent de ses fidèles.
Nuit noire, pour moi tu brilles, loin du feu du soleil
Fabuleuse compagne qui m'enlace de ses dentelles
Oubliant moi-même qu'il existe un réveil
Uniquement prosterné à tes pieds, sans sommeil.


(décembre 2006)


Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.