Salamaleykum, azul fell awan, et bonsoir,


Après quelques (longues ?) semaines d'inactivités du blog, votre humble serviteur est de retour. Concernant donc cette longue période sans signe manifeste de vie, je pense que vous commencez à avoir l'habitude. Je n'aimerais pas vous dire qu'il faudra vous y habituez, mais parfois, la situation personnelle, professionnelle, le "mental" (pas "la", hein...), et etc… de la personne chargé d’y rédiger ses articles fait qu’elle s'éloigne un peu de ce pour quoi elle devrait bien au contraire se rapprocher, c'est à dire la raison pour laquelle elle se lève en premier lieu le matin... [rectification : me concernant, c'est plutôt le début de l'après-midi...!]. Est-ce à dire que l'idée de mettre à jour ce bloc-notes est l’une des motivations de mon réveil ? Je vais répondre honnêtement... non pas avant de vous avoir parlé un peu de ma soirée de la semaine dernière.


En effet, samedi dernier, figurez-vous que je suis allé assister à un concert de Akli D., un chanteur d’origine algérienne kabyle. Je ne le qualifierais pas d’extraordinaire, car on a déjà comme artistes "extraordinaires" Vincent Delerm, Jeanne Cheral, et d'autres dont j'ai déjà oublié les noms... vous savez un peu comme quand vous rencontrez pour la première fois quelqu'un que vous avez toujours admiré et que cette rencontre vous fais perdre tout vos moyens...! Non, concernant Akli D., je me « contenterai » de dire qu’il s’agit d’un artiste formidable. Formidable par la musique, puisqu'en entouré de très bons musiciens, formidable par les textes – quand on en connaît le sens lorsque ceux-ci sont interprétés en berbère - le tout donnant un fabuleux moment de bonheur.


Les influences de Akli D. sont vous l'aurez deviné sont la musique berbère, le tout mettant en valeur de beaux textes souvent engagés. Mon favori étant la chanson "Malik", en hommage à cet étudiant maghrébin littéralement battus par plusieurs policiers, lors des manifestations étudiantes contre les lois Devaquet, en 1986 : difficile de ne pas avoir les larmes aux yeux. Lesquelles de toute façon auraient bien vite séchées vu l'ambiance surchauffée, enfumée, et voire aussi un peu alcoolisée du concert. Aux premiers rangs devant la scène, en tout cas… Ca se passait à la salle de spectacle du Ninkasi à Lyon, un lieu plutôt convivial, qui n'est pas franchement grand mais dans lequel on pourrait presque y toucher les articles et monter sur scène. On n'est pas au Stade de France. Mais une chose est certaine - désolé pour le lieu commun - c'est que l'émotion passe bien. Même si j'ai toujours cette impression que les lyonnais ont tendance à ne pas être très démonstratif dans leur façon de montrer leur joie d'entendre des rythmes sur lesquels ils se déhancheraient bien... Alors, étant moi aussi un peu lyonnais, je ne voudrais pas terminer sans leur rappeler cette maxime locale bien connue : "Qui ne saute pas, n'est pas lyonnais.". Samedi, nous n'étions à mon regret pas beaucoup de lyonnais... A moins qu'une certaine retenue ne soit le signe d'un intérêt non feint pour la bonne musique, et - aussi énergique fût-elle - n'en méritait pas moins un recueillement presque religieux. Dans ce cas, je m'incline.


Je ne voudrais pas terminer sans parler de notre nouvel « ami » Hchicha que je remercie d'avoir ajouter ce bloc-notes à son annuaire. Car si "nous" ne postons pas à un rythme effréné, c'est peut-être aussi car "nous" privilégions la qualité. J'espère qu'il s'en montrera donc compréhensif... Quant au rapport de ce blog avec l'Algérie, il se peut qu’il ne soit pas toujours volontaire. Ce qui prouve quand un lieu, une personne, ou une chose vous attire, c'est parfois au delà du rationnel... ou bien de la passion raisonnée.
Sur ces quelques lignes, Augustus vous souhaite de trouver votre bonheur dans cette société, et si vous ne le trouvez pas ici, c'est que vous n'avez sûrement pas assez cherché.


A bientôt / Besslama / Thanmirth. :)

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.


Pour en savoir plus sur Akli D. et écouter quelques extraits de sa musique :
http://www.akli-d.com/ (site officiel)