Salamaleykum / bonsoir,

Comme les commentaires de Salcicha sont plutôt long mais pas forcément inintéressants, je décide pour celui-ci d'en faire le billet de ce bloc-note (!)... Et puis comme c'est un ami, hein... J'espère que vous apprécierez ses propos emplis d'espoirs, mais aussi ses envolées lyriques. Salcicha pour la tchatche c'est le meilleur, mais attention jamais de baratinage avec lui ! Alors je vous laisse déguster ses paroles... et moi je vais me reposer...!

A toi mec !


oi meninos e meninas ! salut les gars et les filles !
c'est du portugais...
j'ai eu la chance d'apprendre le portugais au brésil où j'ai passé six mois pour une mission humanitaire.
ah ! j'aime ce pays... j'y retournerai, si dieu le veut, mais quand...

en tout cas, pas maintenant car le boulot me retient. dès que j'en aurai fini avec cette société mercantile, je repartirai redonné de moi, de ma personne, de mon être et non de mon avoir, de mon âme et non de mon masque d'entreprise...

et oui, ici où je bosse, il faut avancer masqué pour ne pas se faire massacrer surtout quand on débute...

je rêve d'être moi-même tout le temps. je ne suis moi-même que quand je retrouve les miens. c'est quand même dingue ce que l'Homme a pu créer comme artifice... ça nous ramène à cette idée de naïveté car la naïveté prend son étymologie dans la nature. être naïf, c'est être naturel... être naturellement modeste, curieux, reconnaitre son ignorance et toujours désirer savoir... je sens tes paupières qui se ferment de nouveau mon cher augustus... et toi elisa, tu tiens le coup... [augustus : "ça va je tiens le choc... mais évite au réveil ceci dit... quant à Elisa... hé ho... psss... réveille-toi !!! Aller, je plaisante... :)]

bon, sinon of course, mais avec le coeur contrairement à d'autres, je vous souhaite de vivre de bons moments cette année et toutes les années qui suivront. je vous souhaite de partager ces moments car partager c'est la cerise sur le gâteau qu'est le bonheur... mais c'est la cerise qui change tout.
partager tous les sourires que vous pouvez. c'est rien mais ça change tellement tout que de sourire dans le métro, en passant dans la rue, à sa boulangère, à son voisin sur le palier... ne le faites pas si vous n'avez pas envie... ne le faites pas si le moral n'est pas disposé pour cela. sinon, n'hésitez pas et vous verrez que tout change, tout prend de la couleur, plein de couleurs et que la vie devient savoureuse...

et puis, en cette année d'élections, engagez vous... engagez vous bordel de merde... engagez vous en politique, dans des assos, auprès de vos amis, de vos voisins, de votre famille... engagez vous, mettez votre personne sur le ring, mettez de votre personne dans le combat...

et puis, de temps en temps, rappelez vous que pour aimer son prochain, il faut d'abord s'aimer soi-même... sachez que vous valez forcément, sachez ce que vous valez, tachez de valoir encore plus si c'est possible...

et puis, rappelez moi qu'il faut que j'arrête de prendre la tête et de me lancer comme ça dans de gros trucs où mon coeur se met à battre à 200 à l'heure, où je monte sur la table, où je tape du pied... sinon mes voisins de bureau vont m'embarquer direct au premier hosto psychiatrique...

allez, bises à vous et à bientôt !